4 questions autour du stationnement en copropriété

La place de la voiture au sein d’un immeuble est particulière, avec des règles précises définies selon le type de stationnement et le règlement de copropriété. Outre les différents types de stationnement existants, il est important de connaitre ces spécificités, notamment en matière de vente ou de calcul des charges.

Quels sont les types de stationnement en copropriété ?

Il faut tout d’abord différencier les places de stationnement considérées comme privatives et les places dites communes. Le stationnement en partie commune est assez courant en copropriété, et se fait assez couramment dans une arrière-cour d’un immeuble par exemple. Dans ce cas, aucune place précise n’est attribuée de façon officielle à un copropriétaire, car personne n’est propriétaire d’une place en particulier. C’est donc un droit d’usage dont bénéficient les occupants de l’immeuble pour une place de stationnement.
Dans le cas d’un stationnement privatif, la place de parking, par exemple en garage ou encore en box, est associée à un lot de la copropriété, et à un tantième d’un appartement. Elle appartient donc bien à l’un des copropriétaires.

Quelles règles s’appliquent en matière de stationnement dans l’immeuble ?

C’est le règlement de copropriété qui va énoncer les règles relatives au stationnement dans un immeuble, aussi bien en matière d’utilisation d’un garage qu’en termes de vente. Généralement, la plupart des copropriétés restreignent l’utilisation d’une place de parking privative au seul stationnement d’un véhicule, ce qui interdit le stockage de matériel, ou encore la réalisation de travaux sur cette place.
Par ailleurs, le règlement de copropriété peut aussi préciser certaines spécificités concernant la vente d’une place de stationnement privative, en donnant priorité aux autres copropriétaires pour faire une offre d’achat au prix et aux conditions de la vente.

Peut-on vendre une place de stationnement en copropriété ?

La place de stationnement privative, qui peut se matérialiser sous forme de box ou de garage, mais aussi de place privative en extérieur, fait partie du lot attenant à un appartement de la copropriété. En ce sens, elle peut tout à fait être vendue en même temps qu’un appartement, mais également seule. C’est dans ce cas que les autres copropriétaires peuvent avoir un droit prioritaire, sous un certain délai, pour faire une offre d’achat au prix et aux conditions de la vente. Le copropriétaire vendeur doit impérativement en informer le syndic en premier lieu lors de la vente d’une place de parking privative, qui transmettra l’information aux autres copropriétaires.

Quelles charges de copropriété pour le parking ?

Les charges concernant la place de stationnement vont varier selon plusieurs éléments, et principalement la valeur du lot détenu par le copropriétaire, qui va servir de base de calcul, et qui est exprimé en tantièmes. Selon le règlement de copropriété, ces charges peuvent figurer dans les charges spécifiques ou bien générales, selon ce qu’elles incluent, comme l’éclairage du sous-sol par exemple.

Ce contenu a été publié dans Charges Copropriété. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.