L’hiver est bien là : comment optimiser l’isolation de son logement pour réduire les factures de chauffage

Le diagnostic de performance énergétique de votre habitation oscille du côté des lettres E, F ou G ? Une optimisation de votre isolation est indispensable si vous ambitionnez de réduire vos factures de chauffage cet hiver.

L’importance de l’isolation thermique d’un logement


L’isolation thermique de votre logement détermine sa voracité en énergie : un bâtiment moins bien isolé va consommer beaucoup plus de chauffage en hiver, à cause des déperditions d’énergie dues aux ponts thermiques (zones de passage de la chaleur vers l’extérieur).

Si vous envisagez de réduire vos factures de chauffage, il faudra donc en passer par des travaux de rénovation visant à optimiser l’isolation.

Vous habitez une maison ?

Commencez par faire effectuer un diagnostic par un professionnel, qui vous indiquera la nature des travaux à réaliser et vous donnera en outre des pistes d’amélioration pour votre système de chauffage. Pour une isolation efficiente, et en fonction de votre budget, n’hésitez pas à viser des performances énergétiques proches des constructions neuves, notamment en choisissant des matériaux à forte résistance thermique.

Optimiser l’isolation du toit

Dans un logement, jusqu’à 30 % de la déperdition de chaleur passe par une toiture mal isolée. Les travaux d’amélioration de cette partie de l’habitation sont donc à réaliser en priorité, car l’air chaud étant plus léger que l’air froid, il vient en grande partie se loger dans les combles,  et cherche à s’échapper par le haut.

Optimiser l’isolation des murs

En seconde position dans l’ordre d’importance des travaux (jusqu’à 20 % de la déperdition totale), l’isolation thermique des murs peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur. Privilégiez l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) qui, par la pose d’un isolant sur les parois extérieures, offre une bien meilleure protection. L’ITE a aussi deux autres avantages : elle ne modifie pas la surface habitable et peut être effectuée tandis que le logement est occupé. Néanmoins, vous pourriez avoir besoin d’une déclaration préalable de travaux, voire de l’obtention d’un permis de construire. A l’inverse, l’isolation intérieure est plus simple et souvent moins coûteuse. Mais elle est également moins efficace, nécessite une intervention dans le logement, et aboutit, du fait de l’épaisseur des matériaux utilisés, à un rétrécissement de la surface des pièces.

Vous habitez un appartement ?

Si votre chauffage est collectif, alors le diagnostic de performance énergétique collectif est réalisé par  l’intermédiaire de votre syndic.  C’est obligatoire. Si votre chauffage est individuel, la réalisation de ce diagnostic doit être décidé en Assemblé Générale, mais n’est pas obligatoire. Si celui-ci n’a pas été réalisé, il est fortement recommandé de solliciter vous-même de solliciter un professionnel (de votre choix), afin qu’il réalise le diagnostic énergétique de votre logement et qu’il puisse vous conseiller sur les amélioration  à mener.

Astuce : pensez préalablement à vérifier qu’il soit bien certifié ou agréé par le Cofrac (Comité Français d’Accréditation)

Parmi les sources principales de déperditions de chaleur dans un immeuble :

Comme l’indique le schéma ci-dessus, la 1ère source de déperdition de chaleur provient des murs extérieurs. Il s’agit donc de parties communes. L’isolation des murs devra donc faire partie d’une réflexion globale et  être traitée de concert avec le conseil syndical et le syndic.  Les règles de majorité diffèrent selon la nature des travaux à engager (Article de 24 de la loi du 10 juillet 1965)

Isolation par les fenêtres

Si vos fenêtres sont équipées de simple vitrage ou de la première génération de double vitrage, ou encore si elles sont en mauvais état, leur remplacement peut, à lui seul, optimiser grandement l’isolation de votre logement et contribuer à réduire vos besoins en chauffage. Toutefois, il ne suffit pas de changer les fenêtres elles-mêmes : le fait de conserver les dormants (ensemble des parties fixes d’une menuiserie, autrement appelé « le bâti ») augmente le risque de déperdition thermique entre ceux-ci et les nouvelles fenêtres.

En copropriété, dans une très grande majorité des cas, les menuiseries extérieures sont des parties privatives. Leur remplacement est donc à la charge du copropriétaire, mais doit être préalablement faire l’objet d’une validation par le syndic ou par l’assemblée générale (en fonction du règlement de copropriété).

Optimiser son isolation, c’est aussi ventiler !

Gardez à l’esprit qu’une meilleure isolation thermique de votre logement doit toujours s’accompagner d’une bonne ventilation. VMC simple flux ou double flux, celle-ci permet de protéger l’habitation contre l’humidité.

Le point de vue de Sergic :

L’ANAH se reporte sur la copropriété. La convention porte sur la transmission de l’information pour le moment.

Tout ça a un coût, comment de quelles aides puis-je bénéficier ?

Lire l’article de Janvier 2016 : A savoir : les aides et financements.

Découvrez les autres thématiques de notre newsletter de Janvier 2017 :

Ce contenu a été publié dans Actualités Immobilières. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*